L’université de Louvain a mené différentes études et recherches sur l’accès au bonheur: quelques éléments à prendre en compte.

1- Nos besoins primaires :  Outre les besoins de base (nourriture, toit, sécurité…) nous construisons notre « échelle de bonheur » selon nos capacités à maîtriser, surmonter nos 6 émotions universelles de base (la peur, la colère, le dégoût, la tristesse, la joie) et nos émotions sociales (honte, culpabilité, mépris)

2- Notre environnement personnel :  selon des études américaines, notre potentialité à être heureux est liée à 3 facteurs :
– génétique 50%
– aux circonstances 10%
– à notre comportement 40%

3- Notre environnement (les autres) :  notre perception du monde conditionne nos aptitudes au bonheur c’est-à-dire :
– le vide existentiel (donner un sens à sa vie)
– le regard des autres
– la perception du jugement des autres

4- Notre potentialité à rebondir :  notre potentialité à être heureux après un traumatisme (deuil, handicap, divorce, perte d’emploi…) (voir Capacité à surgir de Georges Bonnano) : il y a 4 profils répertoriés après un traumatisme :
a- profil chronique : trouble permanent
b- profil différé : le trouble atteint la personne au bout d’un certain temps
c- profil récupérateur : le trouble disparaît petit à petit mais laissera toujours des traces (ces 3 profils représentent 40% des individus)
d- Profil dit Résilience : au bout de quelque temps l’individu ne conservera pas de troubles (60% des individus)

Article publié par zeninfos

Quelles sont vos réactions ? Êtes-vous d’accord avec ces critères